jeudi 31 décembre 2015

Book Haul Décembre 2015


 
Chanael :

1) Le soleil est pour toi par Jandy Nelson
2) The book of Ivy, tome 1, par Amy Engel
3) Vango, tome 1, Entre ciel et terre par Timothée de Fombelle

Justine :

1) Les Guerres du Monde Émergé T.3 : Une Nouveau Règne par Licia Troisi
2) 14-14 par Paul Beorn et Silène Edgar
3) Le prince des nuages, intégrale par Christophe Galfard
4) La femme d'argile et l'homme de feu par Helene Wecker
5) Harry Potter T.1 : À L'école des sorciers (illustré) par J.K. Rowling
6) La nuit des enfants rois par Bernard Lenteric

Carry On par Rainbow Rowell


Synopsis

Simon Snow is the worst chosen one who's ever been chosen.

That's what his roomate, Baz, says. And Baz might be evil and a vampire a complete git, but he's probably right.
Half the time, Simon can't even make his wand work, and the other half, he sets somthing on fire. His mentor's avoiding him, his girlfriend broke up with him, and there's a magic-eating monster running around wearing Simon's face. Baz would be having afield day with all this, if he were here - it's their last year at Watford School of Magicks, and Simon's infuriating nemesis didn't even bother to show up.


Plus d'infos

Auteur : Rainbow Rowell
Titre : Carry On
Editions : St. Martin's Griffin (il n'y a pas encore édité en français mais il le sera surement). 
Genre : Fantastique
Pages : 517
Carte : 






Mon avis

      La sortie de Carry On aux États-Unis a fait beaucoup de bruit. Kat de Katytastic était tellement enthousiaste à son propos qu'elle m'a tout de suite donnée envie de le lire. Je vous laisse ici le lien de sa vidéo y étant dédiée.

      Si vous avez lu Fangirl du même auteur, ce livre doit vous dire quelque chose. Si j'ai bien compris c'est la fanfiction que le personnage principal écrit sur Simon Snow l'équivalent d'Harry Potter dans son univers. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu Fangirl pour lire Carry On, j'en suis la preuve même.

      Ce roman est souvent un coup de cœur mais pas toujours. L'argument retenu le plus souvent contre lui, c'est qu'il ressemble trop à Harry Potter justement. Je venais juste de finir la saga lorsque je l'ai lu et ça ne m'a pas perturbée le moins du monde. Tous les points communs que vous pouvez trouver, vous ne les trouverez que si vous les cherchez. Je dirais même que ce ne sont pas totalement de véritables similitudes, il y a absolument toujours une différence. 

      Donc, on suit Simon, l'élu de plusieurs prophéties, un mage très puissant mais totalement incapable de contrôler ses pouvoirs. C'est une sorte de bombe ambulante qui sent toujours la fumée. Son pire ennemi et camarade de chambre, Baz, qu'il soupçonne être un vampire n'est pas présent au début de leur 8ème et dernière année à l'école. Évidemment, il s'imagine tout un tas de scénarios où Baz prépare un plan machiavélique. Tout ça en plus du fait qu'il n'a strictement aucune idée de comment combattre l'Humdrum, un ennemi dont on ne sait rien et qui menace tous les magiciens car il fait disparaître la magie de lieux entiers.

      Peut-être que mon résumé peut paraître un peu dramatique mais ce roman est hilarant, ça faisait un moment que je n'avais pas autant ris durant l'une de mes lectures. Les personnages sont réellement attachants, que se soit Simon, Baz ou même Pénélope, la meilleure amie de Simon.

      Pour moi, le seul point noir de ce roman est le personnage d'Agatha. Elle n'essaye pas de comprendre la situation et reste butée dans des préjugés qu'elle a sur les autres et qu'elle ne s'est même pas créée elle-même (ils lui viennent de ses parents). J'ai trouvé qu'elle avait trop d'importance dans l'histoire pour ce qu'elle y apporte, elle est totalement passive.

      Bien que l'on arrive dans un monde déjà construis et complexe et que les relations entre les personnages soient en place depuis longtemps maintenant, il n'y a aucun problème pour comprendre tout cela.

      Le niveau d'anglais de ce roman est très abordable si vous n'êtes pas totalement étranger à quelques mots tels que "wand" qui signifie baguette. L'écriture est très fluide, je n'ai pas vu les 500 pages passées même si ce livre n'est pas écrit dans ma langue maternelle. 


Ma note : 5/5

-Justine-

dimanche 27 décembre 2015

Ensemble c'est tout par Anna Gavalda



Synopsis

" Et puis, qu'est-ce que ça veut dire, différents ? C'est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes...
Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences... " Camille dessine. Dessinait plutôt, maintenant elle fait des ménages, la nuit. Philibert, aristo pur jus, héberge Franck, cuisinier de son état, dont l'existence tourne autour des filles, de la moto et de Paulette, sa grand-mère. Paulette vit seule, tombe beaucoup et cache ses bleus, paniquée à l'idée de mourir loin de son jardin.
Ces quatre là n'auraient jamais dû se rencontrer. Trop perdus, trop seuls, trop cabossés... Et pourtant, le destin, ou bien la vie, le hasard, l'amour -appelez ça comme vous voulez -, va se charger de les bousculer un peu. Leur histoire, c'est la théorie des dominos, mais à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'aident à se relever.

Plus d'infos

Auteur : Anna Gavalda
Titre : Ensemble, c'est tout
Editions : J'ai lu
Genre : Contemporain
Pages : 574
Bande-annonce du film : 




Mon avis


    Encore une fois, j'ai adoré ma lecture pour l'école. Celle-ci est un véritable coup de cœur ! On voit des protagonistes avancer et évoluer grâce à leur soutien mutuel et leur forte amitié. Une véritable leçon de vie !

    Nous avons donc à faire à un quatuor de choque composé de Camille, l'artiste peintre un peu intello, Franck Lestafier, le cuisinier un peu colérique qui vit à cent à l'heure, Philibert, ou Philou pour les intimes, passioné d'histoire, timide mais surtout très gentil et Paulette, la grand-mère parfaite, douce et généreuse, pleine d'amour mais un peu nostalgique. Des personnalité très différentes mais avec quelques points communs qui permettront à cette belle amitié d'exister. Des personnages plein d'humanité.

     On apprend à tous les connaitre petit à petit au fur et à mesure de l'histoire. On découvre de nouveaux traits de leur personnalité et leur passé, souvent touchant mais malheureux.

    L'écriture est très fluide et permet de lire ces cinq cent pages très rapidement et sans jamais s'ennuyer. Plus quelques jolies phrases moralisatrices : j'ai adoré !

    La fin était peut-être un peu trop attendue. Un happy-end doux et attendrissant mais peut-être pas assez réaliste. Trop rose. C'était une très belle fin mais j'aurais aimé qu'elle ne soit pas aussi prévisible.

    Un très bon moment passé avec les protagonistes et une belle leçon de vie, que demander de plus ? J'ai adoré ce livre : j'ai été triste de devoir le ranger et passer à une autre histoire.


Ma note : 4.5/5 

-Chanael-




mercredi 23 décembre 2015

The Giver par Lois Lowry


Synopsis

Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n'existent pas. Les inégalités n'existent pas. La désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveaux-nés inaptes sont "élargis", personne ne sait exactement ce que cela veut dire.
Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d'une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté.
Jonas ne sait pas encore qu'il est unique. Un destin extraordinaire l'attend. Un destin qui peut le détruire.


Plus d'infos

Auteur : Lois Lowry
Titre : Le Passeur
Titre original : The Giver
Editions : Houghton Mifflin (anglais)
Genre : Utopie
Pages : 225
Bande-annonce du film : 






Mon avis


      J'ai lu pour la première fois la version française il y a plus ou moins deux ans. Je l'avais trouvé par hasard chez moi, mon frère aîné ayant dû le lire pour l'école auparavant. Je me souviens que l'histoire m'avait particulièrement marquée et je ne pense pas avoir jamais lu quelque chose de semblable jusqu'à présent.

     Je n'ai jamais lu la suite parce que je me suis perdue dans toutes les éditions françaises et ce n'est qu'après avoir acheté Le fils qui j'ai découvert l’existence des deux tomes du milieu (n'existant pas dans cette éditions-là etc). Tout ça s'accumulant, j'avais laissé tomber cette série mais la vidéo de Justine (FairyNeverland) m'a motivé à la reprendre mais en anglais cette fois (en plus les couvertures sont super jolies).

      Beaucoup de choses sont frappantes dans ce roman, il amène des réflexions humaines qui, pour moi, sont vraiment intéressantes. Là où dans Hunger Games, par exemple, on évolue dans un monde néfaste, il paraît évident que les choses doivent changer, ici tout est fait pour que les gens soient heureux, égaux et en sécurité, et ce, sans que cela ne soit aux dépens d'une majorité.

      Pour cela, il faut faire des sacrifices. J'étais sans voix lorsque j'ai découvert que les gens dans ce roman sont incapables de discerner les couleurs ou encore refuse d'utiliser le verbe "aimer" sous prétexte qu'il est imprécis. On pourrait trouver ça horrible mais l'histoire nous prouve qu'il a une bonne raison derrière chacun de ces sacrifices et ça en est d'autant plus effrayant.

      Ce livre est très intelligent, il n'est pas de ceux que l'on oublie après quelques semaines. Ce n'est pas pour rien qu'il a reçu un prix littéraire et est encore édité aujourd'hui, plus de 20 ans après sa sortie.

      Le niveau d'anglais est facile et à part quelques mots qui ne sont pas utilisés couramment je n'ai eu aucun problème de compréhension. De plus, ce roman est court et se lit rapidement. Il peut très bien faire office de première lecture V.O. si vous le désirez.

    Je n'ai pas apprécié l'adaptation cinématographique et pourtant j'ai vu bien pire. La romance qu'ils ont rajoutée était  franchement un défaut selon moi. Ça et les autres détails qui n'étaient pas dans le livre avaient à chaque fois tendance à rendre, par exemple, le principe sur les émotions bancale. Les dialogues sont niais mais le visuel est magnifique. Ils ont beaucoup travaillé les jeux entre le noir et blanc et les couleurs.


Ma note : 4,5/5

-Justine-

mercredi 16 décembre 2015

Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens par Becky Albertalli



Synopsis

Moi, c'est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petite ville de banlieue d'Atlanta (traduisez : un trou paumé). J'ai deux sœurs, un chien, Bieber (oui, oui, comme Justin), et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d'Harry Potter, j'ai une profonde passion pour les Oréos, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue.
Blue, c'est un garçon que j'ai rencontré sur le Tumblr du lycée. On se dit tout, sauf notre nom. Je le croise peut-être tous les jours dans le couloir, mais je ne sais pas qui c'est. En fait, ça me plait bien : je ne suis pas du tout pressé d'annoncer à tout le monde que je suis gay.
Personne n'est au courant, à part Blue...et maintenant cette fouine de Martin Addison, qui à lu mes e-mails                                            
et menace de tout révéler...                                        


Plus d'infos


Auteur : Becky Albertalli
Titre : Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens
Titre original : Simon vs the Homo Sapiens Agenda
Editions : Hachette
Genre : Contemporain
Pages : 315




Mon avis



      J'avais commencé à entendre parler de ce livre sur les chaînes Youtube anglophones il y a quelques temps déjà. À chaque fois, l'avis était très enthousiaste et c'est ça, avec le résumé, qui a piqué ma curiosité. Je trouve ça bien qu'il commence à y avoir un peu plus de personnages qui ne sont pas hétéros, sans pour autant se cantonner au stéréotype du meilleur ami gay.

      Le résumé me paraît trop simpliste pour représenter correctement ce roman. Ce que j'ai aimé dans cette histoire c'est que Simon n'est pas résumé à son orientation et à ses mésaventures, c'est une personne entière, tangible. Il n'en est que plus attachant.

      Martin, par contre, m'a paru terriblement idiot. Comment à 16 ans ne peut-on pas se rendre compte que l'on fait du chantage à quelqu'un ? 

      Une autre raison importante de mon achat : Blue. Le fait qu'on ignore son identité m'a tout de suite rendue extrêmement curieuse à son sujet. J'étais plutôt fière mais un peu déçue d'avoir deviné son identité rapidement. Néanmoins, Blue reste l'un des personnages que j'ai le plus appréciés.

      L'histoire m'a énormément plu, j'ai dévoré ce livre en moins d'une journée.


Ma note : 4,25/5

-Justine-

mercredi 2 décembre 2015

Book Haul Novembre 2015




Justine :

1) Carry On par Rainbow Rowell
2) Magnus Chase and the Gods of Asgard T.1 : The Sword of Summer par Rick Riordan
3) Victoria rêve par Timothée de Fombelle
4) Céleste, ma planète par Timothée de Fombelle
5) Tobie Lolness T.1 : La Vie suspendue par Timothée de Fombelle
6) À la croisée des mondes T.1 : Les Royaumes du Nord par Philip Pullman
7) Lockwood & Co. T.2 : Le crâne qui murmure par Jonathan Stroud
8) Une braise sous la cendre T.1 par Sabaa Tahir
9) Les Cartographes T.1 : La Sentence de verre par S.E. Grove
10) La Passe-miroir T.2 : Les Disparus du Clairedelune par Christelle Dabos

Wouah j'ai un peu craqué...et je n'ai même pas la version illustrée d'Harry Potter (ils étaient en rupture de stock T.T).

Chanael :

1) Les Velázquez tome 2 par Aspi Deth

Je n'achète plus de livre à part les suites de série car j'essaie de réduire ma P.A.L.
 






lundi 30 novembre 2015

Les filles au chocolat, tome 6, Coeur Cookie par Cathy Cassidy




Synopsis
 

Je m'appelle : Jake Cooke alias "Cookie"
Mon âge : 14 ans
Je suis : une catastrophe ambulante
Mon style : jean taché et tee-shirt délavé
J'aime : ma vie
Je rêve : qu'elle ne change pas

Mon problème : tout, tout, TOUT dans ma vie est sur le point d'être bouleversé...
 



 
Plus d'infos


Auteur : Cathy Cassidy
Titre : Les filles au chocolat, tome 6, Coeur Cookie
Titre original : Chocolates and Flowers, Fortune Cookie
Editions : Nathan
Genre : Chick-Lit
Pages : 236

http://booknode.com/les_filles_au_chocolat,_tome_5,5___c_ur_sucre_01398383

http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=100105



Mon avis





    C'est avec plaisir que j'ai lu ce dernier tome de la saga Les filles au chocolat qui me met toujours de bonne humeur. Malgré les thèmes sérieux abordés durant les différents tomes, tels que l'anorexie, le cyberharcèlement ou encore la difficulté à s'intégrer dans une nouvelle famille recomposée, la série reste gaie et positive.

    Cette fois-ci, nous suivons Jack, surnommé Cookie, le demi-frère de Honey, qu'elle a découvert lors de son séjour chez son père dans le tome précédent. J'avoue que, comme beaucoup, j'avais complètement oublié son existence.

    Jack est assez impulsif, sensible et ne contrôle pas bien ses émotions. Il a tendance à agir sous le coup de la colère et à ensuite regretter ses décisions. Je l'ai trouvé un peu naïf à penser qu'une fugue ainsi qu'un simple mail gleraient ses problèmes. Mais c'était peut être juste de l'espoir.

    Il aimerait tellement que son papa soit quelqu’un de bien, qu'il a du mal à accepter son manque de réaction à ses mails. Il lui trouve mille excuses. Encore une fois, j'ai trouvé ça un peu peu naïf même si c'était compréhensible.

    Ce roman m'a donc bien plus mais ce n'est pas non plus mon préféré de la saga. Il termine joliment cette série et même si j'étais contente de me replonger dans l'univres des filles Tanberry, j'espère que ce livre sera bien le dernier (cette fois ^^) car la fin était juste top !


Ma note : 3.5/5


-Chanael-



samedi 21 novembre 2015

Les Velázquez, tome 1, par Aspi Deth

Synopsis

Lorsqu'elle fait la connaissance de Ricardo Velázquez, un séduisant et mystérieux Vénézuélien, Marie ignore à quel point cette rencontre aussi atypique qu'explosive va bouleverser son quotidien. Irrésistiblement attirés l'un vers l'autre, elle tentera de découvrir la vérité à son sujet et apprendra à ses dépens à ne pas se frotter aux membres de la famille du jeune homme, aussi redoutables les uns que les autres. Entre guerre des gangs, coup de foudre, complots et amours interdits, découvrez la saga numérique à ne pas manquer enfin disponible en version papier, cocktail explosif de mafia et de romance.
Ce tome reprend les quatre premiers épisodes de la saga numérique : 1. Une envie de tequila 2. Jouer avec le feu 3. Les liens du sang 4. Bienvenue dans la famille

Plus d'infos

Auteur : Aspi Deth
Titre : Les Velázquez
Editions : Autoédité
Genre : Aventure, Contemporain
Pages : 364



  Mon avis




     Ce roman m'a séduit par son humour. Il est présent de la première à la dernière page. Le livre est donc très facile et agréable à lire.

    Bien que je ne me sois pas du tout attachée à elle, parce que je ne m'y identifie absolument pas, Marie m'a beaucoup plu. Son sarcasme, souvent ridicule, sans raison d'être et exagéré, m'a fait rire et était présent dès la première phrase. On est donc tout de suite mis au courant : Marie est une emmerdeuse... et tant mieux, comme ça on est sûr de ne pas s'ennuyer. (C'est pour ça que j'adopte également cette tactique, je ne voudrais pas qu'on s'ennuie avec moi ;) )


    Par contre, on connait que peu Rico. On sait qu'il est séduisant, protecteur, drôle, que c'est un mafieux et... rien d'autre. Je serais incapable d'en dire plus. Cependant, il y a un secret sur lui que l'on ne découvrira que lors du tome deux. Même si cela permettra de mieux connaitre son histoire, j'espère qu'on en apprendra plus sur sa personnalité également. Il y a aussi tout un mystère autour de la famille de Marie que j'espère découvrir.

    J'ai adoré les titres des chapitres souvent un peu humoristiques qui dévoilaient déjà un peu leur contenu mais pas trop. Quand je les terminais, je retournais voir le titre pour le comprendre et voir le rapport que ça avait finalement.

    J'avoue avoir eu un petit peu de mal au début avec tous les noms espagnols mais finalement on s'y retrouve vite. Il faut juste une petite adaptation, d'autant plus que les familles mafieuses sont nombreuses.

    Même si je ne me suis pas attachée aux protagonistes principaux, j'ai beaucoup apprécié les personnages secondaires comme Gina (pour elle apprécié n'est pas le terme mais c'est quelqu'un intéressant), Vera, Romero et bien sûr, la jeune Estella.
 
    Un dernier point que je n'ai pas trouvé très cohérent : au début, ses amies c'est presque toute sa vie et ensuite on n'en parle presque plus. Évidemment, elle a d'autres préoccupations et ses amies ne peuvent pas être super présentes, il faut que le roman avance. Mais j'ai trouvé la rupture trop brutale.

    J'ai donc beaucoup apprécié ce roman, une histoire mafieuse avec une romance au centre (j'ai toujours besoin d'une petite histoire d'amour dans les livres ^^). Elle ne prend pas toute la place mais est présente malgré tout. Bien que je n'aie pas énormément accroché avec les personnages principaux, j'ai passé un bon moment avec eux et c'est le principal. Hâte de lire le second tome.

Ma note : 4/5


-Chanael-


mercredi 18 novembre 2015

Lorsque j'étais une oeuvre d'art par Eric-Emmanuel Schmitt


Synopsis


Qui n'a jamais rêvé de devenir un objet ? Mieux même, un objet d'admiration ? Tel est le pacte que scellent un artiste excentrique et un jeune homme désespéré. Le premier, avide de scandale, propose au second, avide d'exister, de le transformer en oeuvre d'art. Après tout, il n'a rien à perdre, sinon la liberté. 








Plus d'info

Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt
Titre : Lorsque j'étais une oeuvre d'art
Editions : Le Livre de Poche
Genre : Contemporain
Pages : 253





Mon avis

      Lorsque j'étais une oeuvre d'art est le premier livre que j'ai du lire dans le cadre de mon cours de français cette année. Il est en rapport directe avec la matière que nous voyons qui est, comme vous l'aurez sans doute deviné, l'art.

      Je tiens d'abord à vous avertir que ce livre est...particulier. Non, il est très étrange même dérangeant parfois. J'ai été plus que surprise à cause de bien des choses. Par exemple, n'ayant probablement pas très bien compris le résumé que nous avait fait ma prof, je pensais que le personnage allait être maudit et transformé en tableau. Ce ne fut pas du tout le cas ! Il n'y a aucune magie dans ce livre. Ce sont de lourdes opérations qui transformeront le personnage principal et c'est ça et ce qui en découle qui est dérangeant.

      Cette histoire est vraiment du genre qui vous bouscule et qui amène la réflexion. Même si Adam bis est désormais une oeuvre, il est toujours vivant et il ressent les choses comme n'importe qui. On peut vendre une  oeuvre mais pas un être humain. Quelles questions sur les droits de l'Homme cela pose-t-il ? Et bien d'autres choses encore.

      Au travers de ce roman, on rencontre une ribambelle de personnages tellement atypiques, attachants ou détestables. La faiblesse de caractère du héros au début m'a vite exaspéré bien qu'elle soit totalement justifiée car sans elle, il n'y aurait pas eu d'histoire. Il change, ce n'est pas un de ces personnages qui n'a aucune évolution. Je ne pense pas avoir apprécié d'autres personnages en dehors de Fiona et son père, Hannibal. Particulièrement ce dernier je dois dire, c'est lui que j'ai préféré.

      Ce fut une lecture très marquante de par son ampleur symbolique. Il m'a été impossible de deviner la fin et j'ai été agréablement surprise. Si j'ai conseil à vous donner, par contre, c'est de ne pas manger durant les 40 dernières pages...


Ma note : 3,75/5

-Justine-